Upcycling : Un métier à tisser à partir d’un tiroir.

Ces derniers temps j’ai vu fleurir sur le net des images de tissages DIY notamment pour orner les murs. On appelle ça le woven wall hanging.

Alors, bien sûr, je me suis dit, pourquoi pas essayer de fabriquer un métier à tisser afin d’essayer ça.

tissage-exemples

  1. Untitled par Stampel Studio
  2. White brass weaving par Hazel & Hunter
  3. blk + wht #7 par Himo art
  4. tissage avec de la ficelle d’Alice Fox

Et j’ai demandé à Jean.

Comme à notre habitude on a choisi de fabriquer cet objet avec des matériaux upcyclés (pour faire plus simple avec des matériaux de récupération, ayant déjà servi à autre chose, faire du neuf avec du vieux en quelque sorte…).


Donc on a farfouillé dans la « tonne » de choses que MrJ amoncelle dans le garage au grès de ses trouvailles. tissage1

Au final ce sont une ancienne planche de stratifié (planche de Jparquet en MDF, surplus de travaux des voisins) et un tiroir (trouvaille de poubelle) qui ont attiré notre attention.

La planche est moche avec son impression faux-bois grisâtre mais j’ai confiance en LadyG pour embellir les objets.
Son avantage est qu’elle est en MDF, un « bois » recomposé de moyenne densité, donc facile à scier, sculpter et qui ne cisaillera pas la laine.

Pas de difficulté pour le montage.
Il fallait savoir viser pour faire des trous et donner des coups de scie réguliers.
Pour cela j’ai fait des coups de scie préparatoires à la scie à métaux (fine) sur des marques préalablement faites tous les 0,5 cm.
Ensuite j’ai installé les deux planches sur l’établi et j’ai rajouté un morceau de bois à sacrifier comme repère, pour que tous mes coups de scie soient de la même profondeur.

tissage2

… 60 coups de scie plus tard, c’est fini.
(Pour ceux qui se posent la question, j’utilise une scie à bois particulière que j’adore : pull-saw ou scie japonaise)

Il ne reste plus qu’à embellir et assembler …


D Afin de donner un peu d’homogénéité à l’ensemble et aussi pour que ce soit plus joli, j’ai décidé de peindre le tiroir et les planches. Ça tombe bien, il me reste une bombe de peinture verte dont je n’ai jamais vraiment su quoi faire…

tissage4

J’ai simplement placé du scotch de masquage sur la partie crénelée afin que la peinture ne risque pas de laisser des traces sur la laine ensuite.

Voilà le résultat une fois la peinture sèche! Il ne reste plus qu’à assembler les pièces.

tissage5

Des vis à ailettes permettent de monter et démonter l’ensemble. on a pensé que ce serait pratique pour pouvoir ranger le métier à tisser sans perdre de place. Il faut dire qu’on commence à accumuler pas mal de choses et qu’on ne sait plus bien comment faire de la place dans nos étagères 😉

screwanim

DA l’usage, il s’avère que les vis à ailettes utilisées sur les côtés pour assembler le tout sont très pratiques pour fixer le fil de trame afin de le tendre sur le métier à tisser.

tissage6

La partie inférieure, constituée du tiroir, quant à elle, peut servir à ranger la laine et les différents accessoires : aiguilles, navette, peigne, ciseaux, etc.

Comme ça, tout est à portée de main et déplaçable !

tissage12

Maintenant, je dois tester les différentes techniques et prendre le coup de main! Parce que là, j’avoue que je tire un peu trop sur mon fil… paraîtrait que je suis un chouia stressée…

tissage9

 

0 comments on “Upcycling : Un métier à tisser à partir d’un tiroir.Add yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.